Dans Aspie je t'M Marie témoigne avec une extrême sensibilité de sa relation amoureuse avec un homme présentant le syndrome d'Asperger. Un témoignage fort qui se veut un phare, une petite étoile pour les personnes dans la même détresse que fut la sienne. Une très belle histoire d'amour.
La page d'accueil est surtout en rapport avec l'actualité .
Les pages relatives à l'ouvrage (extraits, courrier ...) s'ouvrent par les onglets ci-dessous.
L'onglet rechercher peut être pratique.
L'onglet "translate" traduit ce blog dans une autre langue : espagnol, anglais, arabe ....

samedi 7 septembre 2019

Comprendre, aider, avoir un regard bienveillant

asperger, amour, émotion, blog, livre, ouvrage

 

Un superbe article sur l'Antre de la Chouette pour mieux comprendre les personnes Asperger mais pas seulement.  Les personnes HPE (Haut potentiel émotionnel) pourront se reconnaître dans certains aspects, notamment concernant la fragilité, les colères tellement destructrices mais inévitables quand tout dans la tête et dans le coeur s'effondre parce que l'émotion ne trouve pas de réponse. 

Clic

vendredi 6 septembre 2019

Mon témoignage sur Autisme Regards Croisés

amour, asperger, livre, ouvrage, témoignage, autisme, couple, difficultés relationnelles, regards croisés,                                       



Il m’a fallu du temps pour comprendre …

Huit années d’amour passionnel, d’amour immense, d’amour que nous qualifiions ensemble d’ « absolu ». Mais ce fut aussi huit années de doutes, de questionnement sur ce qui gênait en permanence notre relation. Huit années de remise en question sur moi, car j’étais persuadée que tout venait de moi. Autant de psys, autant de réponses qui n’en étaient pas. Des réponses qui me retournaient mon mal-être en me proposant toujours le regard sur moi.

Ce n’est pas sur moi qu’il m’aurait fallu porter mon regard, mais sur « lui ». Lui. Asperger. Caché. Tapi dans l’ombre. Dans les ombres. Asperger qui gâchait tout. Compromettait tout. Même les moments les plus intimes. Mais Asperger pour moi était un inconnu. Je n’avais jamais entendu parler. Les médecins non plus apparemment. Quelle tristesse ! Quelle perte de temps aussi !

Il a fallu la rencontre dans ma classe avec un petit élève autiste pour enfin comprendre. Les regards, les colères rentrées, la bulle sombre, les manquements, les absences, ce que l’on nomme vulgairement le manque d’empathie même si aujourd’hui je ne le vois plus comme cela, tout cela que je ne comprenais et que lui non plus, lui, celui qui partageait mon cœur tout entier, ne comprenait pas, tout ce qu’il ne maîtrisait pas de sa vie la plus profonde mais aussi la plus quotidienne … tout cela s’appelle TSA (trouble du spectre autistique) avec, s’il vous plaît, « l’option » Asperger. Mais je ne savais pas. Nous ne savions pas.

....

Et j’ai voulu ce livre comme un témoignage, un phare pour aider toutes les personnes qui sont en doutes, en recherche.

Les personnes que je rencontre aujourd’hui sont davantage au fait de l’autisme et je réalise que la souffrance n’est due essentiellement qu’à l’ignorance. Quand on sait, on ne souffre plus. Soit on accepte et on reste. Soit on fuit.

...


L’Amour à travers le prisme d’Asperger ....ou quand la lumière  prend toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. 
...

Mon livre est plein d’espoir. Les retours que j’en ai me disent que je n’ai pas aimé pour rien. Que je n’ai pas écrit pour rien. Que je n’ai pas souffert pour rien

L'article intégral sur
 > https://sephora9.wixsite.com/tsa-regards-croises 
dans la catégorie témoignage

jeudi 13 juin 2019

Dédicaces et salons

salon du livre, espace culturel leclerc, poitiers, bellac, espérou, août 2019, asperger, autisme, amour, livre, témoignage 
Vous pourrez me retrouver 

Samedi 15 juin 
à partir de 10h

à l'espace culturel de 
POITIERS  (86)

pour une séance de dédicaces 
à l'occasion d'une rencontre d'auteurs

prochaines rencontres estivales :
Salon du livre de Bellac (Haute-Vienne) : samedi 3 août
Salon du livre de l'Espérou (Gard) : dimanche 11 août

mercredi 12 juin 2019

Le droit à la vie, le droit à la différence,le droit au respect et à l'attention.

 lucila guerrero, autisme, droit de vivre, asperger, couple, amour

  https://lucilaguerrero.com/wordpress/autiste-et-le-droit-de-vivre/?fbclid=IwAR17QHDhYrZjUp9XjzqUVJ2N1B6gBk6ENeTAf3j5lg9D65W7HauseiiTVxc
Pour découvrir le site de Lucila Guerrero, artiste canadienne, auteure, photographe et militante pour la neurodiversité. 

Son article est aussi l'occasion de rappeler que chaque personne a le droit à la différence, au respect, à l'attention. 
Merci Lucila de m'avoir autorisée à faire le lien vers ton article. 

mardi 11 juin 2019

Mieux comprendre l'autisme/ CRA de Lyon

autisme, asperger, amour, couple, cra lyon, couleurs, synestésie,
Le site du Centre Ressource Autisme de Lyon présente un article très complet sur le Trouble du Spectre Autistique assorti de vidéos à la fois simples et très instructives. 
J'aime beaucoup l'illustration du propos par cet oiseau, comme un colibri arc en ciel où toutes les couleurs de l'autisme sont représentées, donnant bien l'idée de ce que l'on nomme le spectre avec toutes ses nuances et toutes ses variantes. (j'avais envie d'écrire ses "variances" ce qui est pour moi plus imagé)
https://centre-ressource-rehabilitation.org/le-spectre-autistique?fbclid=IwAR0g_aa2XyKJVc7ZMJd_hhGTl5R84osZlK9ciEfOW0HroVjW1jA78eeKW0o






A travers Simon, c’est un autre Petit Prince que je devinais. Un Petit Prince qui portait la même aura, les mêmes couleurs, les mêmes secrets que ce petit garçon tellement différent des autres enfants. En observant mon petit élève sur la cour de l’école, solitaire, perdu dans son monde, je me pris à imaginer une autre cour d'école, à quelques années de là, et, parmi d'autres enfants courant et jouant, un petit garçon aux cheveux clairs et aux yeux couleur de ciel, sage, silencieux et néanmoins élève appliqué et volontaire. 
Ce petit garçon, c’était Gabriel.  Aspie je t'M. P.26 

Dès le début, avant même d'avoir lu "Je suis né un jour bleu" le SA était pour moi, de façon intuitive, une histoire de couleurs ...
C'est avec Matthieu, jeune autiste talentueux, que j'ai découvert plus en détails encore ce qu'était pour les autistes la synestésie. 
Ce qu'il m'a dit de sa perception des personnes m'a beaucoup troublée. En effet, pour Matthieu ce ne sont ni les jours, ni les nombres qui ont des couleurs, mais les personnes. Et ce qu'il associe encore à la couleur attribuée est très troublant aussi. 
Comment voulez-vous avec cela que l'on ne s'intéresse pas, que l'on ne s'attache pas à ce mystère et à ceux qui le portent ?



 

 

 
 

vendredi 7 juin 2019

Et si on tentait le détachement ?

 asperger, autisme, amour, couple, difficultés, détachement, bonshommes allumettes, jacques martel, 

Connaissez-vous les petits bonshommes allumettes ? 
 
Quand tout bascule, quand plus rien ne va, quand le mal-être apparaît, quand la colère s'installe ou l'amertume, ou la tristesse. Quand on n'en peut plus, quand on a envie de tout lâcher ou de tout casser...
Parce que la relation avec une personne Asperger n'est pas forcément un long fleuve tranquille il faut savoir prendre du recul, se protéger. Il est indispensable au-delà de l'amour que l'on porte à l'autre de re-penser à s'aimer soi, à vivre pour soi. 
Se dé-ta-cher !
Le détachement n'est pas l'abandon, n'est pas le rejet. Il permet simplement de retrouver son souffle, d'entrevoir d'autres chemins à mener pour soi afin de revenir vers l'autre. 
La technique de Jacques Martel peut vous venir en aide. Cela ne coûte rien d'essayer et cela peut apporter beaucoup. On peut la faire une fois, deux fois, chaque jour si l'on veut. 
Et ça marche ! 
Bien évidemment cela n'empêche en rien l'aide que l'on peut trouver auprès de professionnels qui sauront vous écouter, vous soutenir pour vous aider à avancer du mieux possible. 

 https://youtu.be/hLysFxVm0fg


Je savais aujourd’hui que j’avais eu  raison de ne pas lui en vouloir. Non, Gabriel ne prenait pas plaisir à me blesser, néanmoins j’allais devoir me résoudre : non, je ne changerais pas Gabriel ! Admettre cela n'enlevait rien à ma tristesse, en revanche pour ne pas sombrer, et en parallèle pour mieux aider mon Petit Prince Aspie, j’allais devoir me protéger et laisser le plus possible l'affect de côté. J’allais devoir faire abstraction du sentiment amoureux qui me liait à son cœur et à son être tout entier et apprendre à me positionner sur le plan du cérébral chaque fois que j’aurais quelque chose à faire passer....  Aspie je t'M. p.66 

lundi 27 mai 2019

Entretiens avec des Aspies : Et vos amours ?


 amour, asperger, livre, ouvrage, témoignage
 A trente ans, Gabriel n’avait jamais eu de petite amie et son isolement leur * ( *ses parents) faisait craindre qu’il ne pourrait jamais se lier d’amour pas plus qu’il n’avait pu le faire d’amitié. p.39
.... 
 Gabriel, à défaut d’avoir pratiqué l’amour, soutenait que l’amour n’existait pas.
— L’amour n’est que le résultat de processus chimiques associés, aimait-il à dire doctement. p.54


 De jeunes autistes parlent de leur(s) expérience(s) amoureuse(s)
 >>>>>>>>

https://youtu.be/2P9buyBCeZI

dimanche 19 mai 2019

L'effondrement émotionnel

L'effondrement émotionnel, un article de Mélanie Ouimet sur le huffingtonpost.



 

Un extrait d'Aspie je t'M qui fait résonnance à ces crises tellement déstabilisantes ...

.... Mettre enfin un nom sur le secret ne pouvait être pire que le secret lui-même qui avait bien souvent gâché le peu de quotidien partagé provoquant des déchirements que ni lui ni moi ne comprenions. Telle une implosion dévastatrice, ils nous emportaient dans un fracas silencieux que nous ne savions maîtriser. Alors que tout était beau, que tout devait bien se passer, il survenait un je-ne-sais-quoi qui faisait subitement tout basculer. L’harmonie se brisait et tout volait en éclats. Lorsque quelque chose contrariait Gabriel il se fermait, instantanément jusqu’à en devenir impénétrable, il semblait alors être pris dans une bulle qui n’était même pas transparente. C'était une bulle noire. Noire comme son regard soudain, en dépit du bleu de ses yeux. Noire comme le reproche qui pouvait tomber, glacial, autant que le silence qui pouvait s'installer, implacable et tout aussi dénué pour moi d'explication. J’accusais mal le coup. A mon tour je me fermais. Je devenais triste, ce qui n’arrangeait rien car si Gabriel savait recevoir et partager la joie, il refusait toute tristesse.

— Tu es trop susceptible, ça m’agace. Et quand tu es triste ça m’agace encore plus, disait-il avec un ton de reproche qui m'envoyait à mille lieues par le fond.

     Ces épisodes que j’avais du mal à comprendre me déstabilisaient complètement. Gabriel était d'un naturel tendre, et je prenais ses démonstrations amoureuses comme parfaitement sincères. Il savait se montrer prévenant, mais oubliait aussi de l’être comme cette fois où il me laissa descendre seule une paroi abrupte en montagne. Cette équipée périlleuse se solda par une chute dont je me tirai avec plusieurs côtes fracturées. Ces négligences tranchaient avec une gentillesse que j’avais maintes fois l’occasion d’observer. Je finis par m’interroger sur la nature de celle-ci. Il aimait les chats et se flattait qu'ils viennent facilement à lui. Qu’en était-il au fond de sa gentillesse pour les humains ? Etait-elle la même que celle qu'il accordait, sans concession, aux animaux, ou alors n’était-elle pas une gentillesse formatée, une gentillesse obligée dont il avait appris certains codes mais dont d’autres lui échappaient totalement ?

             En dépit des incompréhensions et des vexations,  notre amour restait fort et nous surmontions ces crises qui ne duraient d’ailleurs pas très longtemps. Gabriel revenait vers moi et tentait alors un geste réparateur. Avait-il l'intuition de ce qu’il fallait faire ou bien l'avait-il appris quelque part ? Souvent le geste était maladroit et n'arrivait pas spontanément. Gabriel hésitait longtemps. Sa technique consistait à m'observer d’abord de loin avec un air sombre et ennuyé. Il attendait un peu et finissait par avouer :

            — Je ne suis pas fier de moi.
            Je sentais alors que c'était à moi de l'aider pour que les choses reprennent leur place. Je prenais cet aveu comme une demande de pardon et le lui accordais sans rancune. Je pensais qu'il en était de même pour lui car nous n’en reparlions plus. J’eus toutefois l'occasion de constater qu'il n'oubliait pas si facilement. 
Aspie je t'M. Chapitre 11. p. 90 / /// d'autres extraits de l'ouvrage en cliquant sur la vignette "extraits" ci-dessus, ou bien en cliquant sur le lien suivant https://mariedardillac.blogspot.com/p/entrez-dans-lhistoire.html

dimanche 28 avril 2019

Site ré-ouvert

Commandes à nouveau possibles sur le site. Merci de votre compréhension et pour votre patience. 



vendredi 12 avril 2019

Dédicaces

espace culturel leclerc, ruffec, jonzac, dédicace


Espace Culturel Leclerc

Ruffec (16)

Samedi 13 avril

de 10h à 17h 




Espace Culturel 

de Jonzac (17)

Samedi 27 avril

de 10h à 17h

jeudi 4 avril 2019

Naissance d'un ouvrage ...




Le café littéraire abordera non seulement la partie concernant l'autisme et la relation particulière qui peut s'installer entre une personne neuroatypique et une autre neurotypique, je crois savoir qu'il abordera également la genèse de cet ouvrage, mon implication dans l'écriture de ce qui est à la fois un roman et un essai documentaire. Jamais je n'avais écrit de cette façon même si l'écriture fait  partie par ailleurs de mes activités professionnelles. Ecrit en seulement trois jours et trois nuits !  C'était une époque où j'avais encore un travail à plein temps. Dire l'état émotionnel dans lequel je me trouvai alors est aujourd'hui impossible, tant tout cela tenait d'un présent oppressant, douloureux et à la fois libérateur. Les mots affluaient et je devais les poser. Le clavier de mon ordinateur m'aidait à le faire rapidement, sans me poser la question de l'application, du style, balayant même le souci de l'orthographe et de la mise en page sur lesquelles je reviendrais plus tard. Ce fut une expérience littéraire intense, bouleversante, autant que le fut l'expérience qui avait motivé cet écrit. Après ce premier café Aspie auquel j'avais assisté (le samedi précisément) et qui m'avait donné l'éclairage sur ce que je vivais depuis 8 ans, il m'a fallu écrire, écrire et encore écrire pour tout poser. Un soulagement, comme un sac que l'on pose et d'où l'on sort tout ce que l'on avait amassé depuis tellement d'années. Je devais écrire vite pour être sûre de ne rien oublier de l'émotion qui m'étraignait à cet instant et de toutes les autres émotions qui soudain refaisaient surface. Pas seulement des émotions d'ailleurs, mais aussi de tous les constats que j'avais faits toutes ces années et engrangés dans les tiroirs de ma mémoire silencieuse. Aujourd'hui les tiroirs s'ouvraient et tout me revenait. Pour ne rien laisser en route je devais aller très vite dans la rédaction. J'ai ensuite laissé mûrir l'ouvrage pendant presque un an. Outre le fait que je devais corriger mon travail (orthographe, mise en page), il m'a fallu m'entretenir avec mon ami pour lui expliquer ce que j'avais compris de lui, être sûre qu'il acceptait la publication. Il me fallait encore assurer mes constats avec de la littérature plus au fait du sujet : Je suis né un jour bleu de Daniel Tammet, et Je suis à l'Est de Josef Schovanec ne suffisaient pas. Je me plongeai dans des ouvrages plus techniques de Tony Atwood ou de Perter Vermulen (je devais m'assurer de la pertinence du vocabulaire utilisé et des parallèles que je souhaitais faire entre mes constats et la vérité du syndrome). Puis il  fallut encore le déclic chez mon ami pour qu'enfin il accepte le diagnostic (ce qui se fit, suite à un événement tragique que je relate dans l'ouvrage). 
Quand la première édition d'Aspie je t'M a vu le jour le diagnostic n'était pas encore totalement posé. La deuxième édition actuellement sur le marché reprend quelques éléments du diagnostic qui corroborent mes constats de la première heure. Cette édition a vu ses références de fin d'ouvrage (livres, vidéos, pdf ...) augmentées. 
Voilà, pour ceux d'entre vous qui seraient curieux des "dessous" de l'ouvrage.

lundi 1 avril 2019

Prochain café littéraire

Invitée par les Amis de la Bourrache 

 .... 



Un échange qui promet d'être intéressant avec des personnes qui auront lu mon ouvrage en amont et feront avancer le propos et d'autres qui vont découvrir à la fois l'ouvrage mais sans doute aussi le syndrome d'Asperger. 
Samedi 6 avril - 15h - 
Villegâts (entre Mansle et Ruffec - 16) Salle municipale.  

Découvrez l'ouvrage en amont en cliquant sur les vignettes du bandeau supérieur : présentation de l'ouvrage, extraits, courriers des lecteurs ...

mercredi 20 février 2019

Tout s'arrange

Un site où vous trouverez des vidéos pour aider à mieux comprendre et à aider les enfants présentant un trouble du spectre autistique. 
A mon avis, les conseils peuvent également concerner les enfants souffrant de TDAH.
Ils peuvent également aider pour les personnes adultes

mercredi 6 février 2019

TSA, Syndrome d'Asperger

Le débit de paroles est très rapide mais le condensé est à mon sens excellent. Il permet aux personnes qui ne connaissent pas le TSA de comprendre plein de choses en six minutes treize

©Tous droits réservés pour la photo

mardi 29 janvier 2019

Boris, autiste Asperger dans un monde si «normal»


Boris, autiste Asperger dans un monde si «normal»



Clic sur le lien 

Dans le déroulé qui se trouve sous le lien quand vous avez ouvert la page du site il faut chercher le titre du podcast qui concerne Boris

mardi 27 novembre 2018

Le syndrome d'Asperger en vidéo



Petit tour [ RAPIDE ] :-) sur les généralités du SA


C'est rapide (enfin surtout rapidement dit :-) ) c'est bref, concis, et néanmoins tout à fait explicite.


vendredi 16 février 2018

Auticonsult

autisme asperger travail auticonsult autisme europe rapport

Auticonsult ...
Cette entreprise recrute des personnes avec autisme pour des grands groupes afin d'effectuer un travail d'informaticien ou de consultant en informatique
http://auticonsult.fr/

 Un document utile :
 les droits des personnes avec autisme en matière d’emploi. 

lundi 18 septembre 2017

Interview de Daniel Tammet

daniel tammet, je suis né un jour bleu, chiffres, nombres, synesthésie, couleurs, asperger, ouvrage, amour, livre, relation sentimentale, relation amoureuse, 






mercredi 30 août 2017

id FM Radio Enghien

café aspie, asperger amitié, radio enghien, idfm 98, enghien, marie d'ardillac, aspie je t'm, couple, relation sentimentale, relation amoureuse 

https://drive.google.com/file/d/0BwQ2vuvK-nwFTEJfaGs0MENIX1k/view?usp=sharing
novembre 2015. 
Mon intervention à  30 minutes 50. 

L'Asperger Café
Fichier Audio MP3 83.4 MB

mercredi 5 juillet 2017

Et si on parlait haut potentiel ?

 tags : austisme, asperger, haut potentiel, hpi, hpe, livre, ouvrage, témoignage, amour, couple, relation sentimentale,

Un article intéressant  > ici

Ma remarque 

Cet article réconcilier un peu le haut potentiel intellectuel et le haut potentiel émotionnel. Il me semble qu'il est bon de souligner que l'on peut très bien être classé HPE et se trouver dans le continuum du spectre autistique avec le syndrome d'Asperger, contrairement à ce que soutiennent les spécialistes français du syndrome. 

A mon sens, l'un et l'autre ne sont pas incompatibles, et se retrouvent plus fréquemment qu'on ne le pense notamment chez les femmes Asperger. On pourrait me rétorquer que mon point de vue reste du domaine du "ressenti". Certes. Et pourquoi le ressenti, compétence ultra-sensorielle typiquement HPE n'aurait-il pas le même fond de vérité que le scientifique ? On ne fait pas confiance au ressenti. On ne veut reconnaître que le scientifique.
Ce qui a conduit mon ami au diagnostic a été essentiellement le résultat de mon ressenti. Mes observations étaient plutôt du domaine de l'émotion. Je ne connaissais pas Asperger mais je sentais, je savais, que quelque chose clochait. Je ne fais donc plus un complexe de mes ressentis, ni de mon HPE qui me mettent très souvent sur la voie de la vérité. N'est-ce pas précisément ici que se rejoignent SA et HPE ? L'essentiel n'est pas avec quelle intelligence a été traitée l'information mais quel a été le résultat de la mise en oeuvre de cette intelligence.
Quant à savoir combien de femmes HPE ou Asperger sont restées en marge leur vie durant, sans savoir pourquoi leur fonctionnement était si particulier, ou combien encore ont ignoré leur vie durant présenter l'un ou l'autre, ou les deux, je suis sûre qu'elles sont légion.

jeudi 4 mai 2017

N'être différent

tags : autisme, syndrome asperger, amour, amitié, couple, livre, roman, témoignage, différent,

mardi 2 mai 2017

Spectre de l'autisme.com

Plateforme francophone regroupant de l'information, des outils et du matériel adapté téléchargeable gratuitement, ayant pour mission d'apporter une aide de première ligne aux familles touchées par l'autisme de leur enfant ou d'un proche.

jeudi 9 février 2017

mercredi 13 juillet 2016

Témoignage p.35 d'Aspiration

clic sur image pour agrandir
sinon lire ci-dessous

En rencontrant l’autisme qui m’est tombé dessus à la manière d’un coup de foudre, c’est en même temps au regard des autres que j’ai dû me confronter. Mon expérience hors-norme de neurotypique en amour avec un Asperger inquiéta mes proches au point qu’ils en vinrent à douter de ma santé mentale. Il faut bien avouer que le parcours s’est fait avec des excès à la limite parfois du supportable. Néanmoins je ne pouvais admettre les arguments chocs qu’ils avançaient pour m’inciter à quitter cet homme  : mon avenir ne pouvait se construire avec un « malade » je ne devais pas m’attacher à quelqu’un qui « n’éprouverait jamais rien, me ferait souffrir, ne serait pas capable de se mettre aux normes » et j’en passe. Quant à mon psy il m’interrogeait pour savoir ce que j’attendais « d’un homme présentant une psychose ».

Je pris ici pleinement conscience de ce que l’on nomme l’exclusion qui de toute évidence allait de pair avec l’ignorance. Les autistes faisaient partie des bannis et pour ne pas souffrir mieux valait ne pas nouer de liens avec eux. Laisser tomber cet homme qui avait touché mon cœur sous prétexte qu’il ne serait jamais un homme comme les autres… de ça je n’avais pas envie. Je décidai d’assumer, laissant à leurs convictions ceux qui refusaient d’admettre que l’autisme n’est pas une tare. D’autres mains heureusement se sont tendues, de celles qui avaient fait le chemin avant moi et acceptaient de me faire une place. Grâce à ma persévérance mon ami a pu être diagnostiqué et il accède désormais  à un chemin social et professionnel. C’est ma plus belle victoire. De mes proches, certains persistent à considérer l’autisme comme une maladie. D’autres ont accepté d’ouvrir leurs yeux, leur esprit, leur coeur, et c’est pour moi une autre victoire. S’ouvrir à la différence, y inviter les autres et permettre de dépasser tous les préjugés est à mon sens ce qui constitue une véritable amorce de l’inclusion, au sens littéral du mot par opposition à l’exclusion. Aller plus loin encore en admettant que les compétences des personnes présentant un TSA méritent d’être mises en valeur c’est faire un pas de plus vers le vivre ensemble. Si les enfants peuvent compter sur une nouvelle loi de 2014 favorisant l’inclusion scolaire, les adultes, ont toujours beaucoup de mal pour trouver la place qui est la leur. Soit il faut accepter d’en passer par le statut d’adulte handicapé, soit il faut s’adapter, toujours s’adapter pour vivre le plus « normalement » possible. Je comprends l’amertume des Aspergers qui déplorent la négligence des neurotypiques à leur égard, leur fermeture d’esprit et de cœur.  J’espère que la tendance pourra s’inverser. Je m’y emploie tout comme le font tellement d’associations oeuvrant pour l’autisme, en portant mon bâton de pèlerin ici et là pour témoigner que même l’amour avec un Asperger est possible. Même l’Amour ! Ça n’est pas peu dire !

A défaut de convaincre la majorité des NT, je voudrais dire aux NaT : « Continuez d’espérer. Il existe des neurotypiques qui ont envie de faire avec vous le chemin. Sachez les reconnaître et acceptez la porte ouverte. C’est ensemble, en témoignant que c’est possible et tellement formidable que nous parviendrons à faire admettre à la fois la nécessité de l’inclusion et son immense richesse humaine. »

Marie d’Ardillac. 
Enseignante et écrivain, auteur d’Aspie je t’M 

http://mariedardillac.blogspot.com


précision : NT : pour neurotypiques > désigne les personnes qui ne présentent pas le syndrome d'Asperger (SA) ou TSA (trouble du spectre autistique)
NaT : pour neuroatypiques > désigne les personnes présentant le SA ou TSA.

Voir par ailleurs sur ce blog : Ma réponse à l'ignorance 
http://mariedardillac.blogspot.fr/2015/10/reponse-la-stupidite.html

lundi 8 février 2016

Café d'Asperger Amité du 6 février 2016


Cette matinée du samedi 6 février fut vraiment une matinée exceptionnelle. 
Plus de cinquante personnes avaient pris place à l'étage du Royal Opéra. Jusqu'à 11h les participants arrivaient encore. Les places étant toutes prises, les derniers arrivés s'installaient ici ou là, sur les marches des escaliers, tandis que d'autres restaient debout.
Miriam Sarbac, la dynamique présidente d'Asperger Amitié a été parfaite dans son rôle de maîtresse de cérémonie avec la générosité et la bienveillance qui la caractérisent.
Le public était composé tant par des Aspies que par des neurotypiques. Célibataires, personnes en couples, parents, conjoints ..., tous se sont montré intéressés par la thématique que j'ai pu développer autour d'Aspie je t'M en répondant aux questions de Miriam et à celles du public. Tout comme certains participants Jeanne et Matthieu ont souhaité évoquer leur expérience sentimentale et leur parcours en couple.
La matinée a vraiment été riche et intense. 
La séance de dédicace qui clôturait la matinée a permis des échanges plus personnels, chargés d'émotions. J'espère que les contacts pourront se poursuivre par le biais des mails échangés.
Merci encore à Miriam qui a permis cette belle matinée et bravo à elle pour son investissement pour la cause de l'autisme et du syndrome d'Asperger.
Le site d'Asperger Amitié donne un aperçu de ce qui est mis en oeuvre par cette association. (lien ci-dessous)
Le magazine semestriel Aspiration est également une belle réalisation. Le prochain à paraître en mars-avril traitera entre autres sujets de la relation sentimentale.

http://www.asperger-amitie.com/qui-sommes-nous/

lundi 5 octobre 2015

Ma réponse à l'ignorance

amour, asperger, livre, témoignage, roman, relation sentimentale, relation amoureuse, difficulté, entourage, aide, soutien, préjugés, différence,


"Je pense à cette maladie qui empoisonne la vie du malade mais surtout de son entourage ; car lui, le malade, ne se rend pas toujours compte des conséquences.
Ils n'ont pas besoin de sentiments, parce qu'ils ne ressentent rien , ni la douleur, ni le bonheur. On a l'impression , mais non, ça ne change pas.
Alors tu t'es mise dans ce monde renfermé. Ne t'abrutis pas dans ce monde. Peut-être que toi aussi, ton cerveau te joue des tours."
....

Ma réponse :
Le Trouble du Spectre Autistique et sa variante Syndrome d’Asperger n’est pas une maladie. Je parle plus volontiers de particularité, de différence avec cette appréhension hors-norme du monde qui caractérise le syndrome. Cette particularité empoisonnerait la vie de la personne et de son entourage ? Je dirais avant tout qu’elle complique un peu, beaucoup parfois, la vie, mais que l’on en meurt moins que de l’ingestion d’arsenic, de produits médicamenteux ou "phytosanitaires".
Les conséquences ? que savons-nous, les uns et les autres des conséquences de nos actes, de nos prises de position ? Quelle est notre lucidité à nous, neurotypiques (pardon, je devrais dire "à nous, gens normaux") par rapport au monde, aux événements et à tout le reste ?
Mon malheur ... Mon malheur, a été causé au début   uniquement par l’ignorance, par ce mystère dont je ne parvenais pas à démêler les noeuds. Je ne connaissais rien à l’autisme quand celui-ci m'est tombé dessus en même temps que l'Amour. 
Je ne me suis accrochée à rien du tout, ni à personne, juste laissée porter par l'Amour, l'Amour immense, absolu, celui qui s'offrait à moi et que j'ai découvert véritablement avec cette rencontre hors-normes. Effectivement cela m'a conduite dans un tunnel, sombre, dans lequel j'ai dû me débattre seule, pour rejoindre une sortie sans vouloir lâcher la main qui s'était posée dans la mienne. Celle d'un Petit Prince extra-terrestre. Mon chemin lui a permis d'accéder au diagnostic qui change aujourd’hui sa vie.
Ils ne ressentent ni le malheur, ni le bonheur ... ils ne changent pas !
J’ai mal de lire ça. Comment peut-on réduire les personnes atteintes d'autisme à l’état de personnes sans cœur, sans âme et surtout sans espoir de progresser. Ce postulat est indigne ... Moi, je m'émerveille chaque jour de voir comment "ils" peuvent changer, comment ils peuvent évoluer pour peu que l’on veuille leur tendre la main, leur tenir le cœur, leur ouvrir les yeux, les conduire, les aider à cheminer.
Le pire est ce qui suit : Ils n’ont pas besoin de sentiments
Comme je suis triste de lire ça !  Ces "ils"  sont avant tout des personnes. Pour chaque personne, plus largement, pour chaque  être vivant, la considération, l’attention, les sentiments, et surtout l’amour est ce qu’il y a de vital. Par l’amour que j’ai donné à mon Petit Prince, il n’a jamais autant progressé de toute sa vie, jamais autant avancé sur le chemin de sa propre connaissance,  sur le chemin de la réussite sociale et professionnelle. Et quand je vois son sourire devant mes surprises, devant mes rires, devant nos déjantages rien qu'à nous deux, quand je vois aussi sa peine, sa bulle sombre parfois qui me rend triste aussi ... alors je me dis qu'ici se trouve la vie pour laquelle l’amour est la plus belle clef.
Je m’abrutirais dans ce monde ? Devenir brute... J'ai au contraire le sentiment que j'ai appris à devenir plus douce, plus tendre, plus humble aussi, plus simple. Mais je peux aussi être brute de brute, oui, parce que lorsque les choses me révoltent je les dis encore, sans chercher à me fondre dans le moule des conventions. Dans ce monde, où j’ai été entraînée malgré moi et sans doute aussi, paradoxalement, de mon plein gré,  je m'y sens bien au point de regretter parfois de devoir retourner dans le monde des « normaux ». 
Pourquoi j’ai préféré ce monde ? Parce les personnes y sont belles. Elles ont un cœur. Chaque jour il en est une qui vient me surprendre. Par un mot, par un regard, par une création artistique, par un petit pas de plus. Parce qu’auprès d’elles, je trouve ma place. Elles m’apportent un regard vrai, pur, sur la vie. Elles m’ont permis de m’ouvrir à des choses qui m’étaient inconnues, de changer mon regard sur le monde, sur les gens, sur la vie. Et sur moi. Et de cela je leur suis reconnaissante. Elles me donnent une place dans la vie en me permettant de les accompagner. En m’accordant leur confiance comme l’a fait un jour cet homme qui est venu me chercher et que j’ai aimé sans concession. Peut-être aussi parce que mon cerveau me joue des tours. Des tours. Une farce. Des pirouettes. Des clins d’œil à la vie. Différents. Décalés. Serais-je folle ? C'est vrai, je n'ai jamais rien fait comme les autres dont le regard m'a souvent empêché de respirer librement. Mais la vie, n’est-ce pas cela ? Quoi de mieux pour avancer que d’aller vers d’autres mondes, vers d’autres cœurs ? Quoi de mieux que se laisser surprendre,  de chercher à comprendre ? N’est-ce pas cela évoluer ? N’est-ce pas cela vivre et grandir ? Certes, cela n'est ni facile ni confortable quand la souffrance dépose ses voiles. Mais lorsque le tunnel est franchi c'est la lumière qui vous prend tout entier et vous rend plus fort.
Quant au meilleur, au pire ... je n'en sais rien. Chacun a "son"meilleur et "son" pire. Chaque meilleur, chaque pire est respectable car chaque personne est unique. 

lundi 10 août 2015

Autisme Regards Croisés

un blog à l'initiative de deux jeunes femmes présentant le SA (syndrome d'Asperger). On y trouve des récits de vie et des références utiles pour comprendre les TSA (troubles du spectre autistique) et le SA. Beaucoup d'espoir sur leurs pages

Mon témoignage > ici

samedi 16 mai 2015

l'Amour dans le prisme Asperger

amour, asperger, autisme, livre, roman, A comme, Aspie je t'M, Genève, Pons, Saint-Cyr sur Loire, salon, conférence, 

https://vimeo.com/62455732

de Amour 
A de Asperger
la lumière se fait arc-en-ciel sublimé

de Amour
A de Asperger
sans le premier le second ne peut exister

extraits de l'ouvrage > ici

___________________

Curieusement c'est cette page qui semble apparaître en premier parmi la liste des entrées de lecture du blog. Comme elle n'est pas spécialement représentative du contenu général, n'hésitez pas à cliquer sur les vignettes supérieures ou sur le bandeau de présentation pour ouvrir la page d'accueil dans sa globalité ou bien les différentes rubriques telles que extraits, courrier des lecteurs .....Merci en tout cas de votre visite. 


mercredi 6 mai 2015

Genève a tiré le rideau

Genève, salon, livre, amour, asperger, relation sentimentale, couple, forum, marie d'ardillac, véronique lagorce, coatch, vie, hypersensibilité, librairie Payot,

Les échanges, forts, bouleversants parfois, ont fait suite à la conférence et se sont poursuivis sur chaque jour du salon, confortant l'idée que cet ouvrage permet le dialogue et l'ouverture à la différence, invitant ceux qui sont concernés de se découvrir, se redécouvrir. Eux, face à face avec leur moi personnel. Eux face à ceux qui les aiment véritablement. Sans fausse empathie. Sans faux-semblants. Accepter profondément la différence. Ne pas la nier ni la repousser. Ne pas faire de l'autre le jouet d'un quelconque point de vue malsain ou étriqué.

Je suis heureuse d'apporter à ces personnes formidables que sont les Aspies et à leurs proches mon témoignage comme un petit phare, une petite étoile.
Genève confirme que même neurotypique on peut entrer dans ce monde bleu et s'y sentir bien.
Merci à Véronique Lagorce*, coach pour personnes hypersensibles et Asperger, qui a permis ces belles rencontres en m'invitant avec la librairie Payot sur le stand du Moi.

* coordonnées sur la page liens